Points essentiels
  • La tuberculose ostéoarticulaire peut toucher le rachis (spondylite et spondylodiscite), les os longs, les os courts et les articulations.
  • L’évolution est insidieuse et les signes cliniques souvent discrets.
  • Les radiographies peuvent être évocatrices, mais pour faire le diagnostic précocement, l’IRM est l’élément clé.
  • La certitude diagnostique repose sur l’identification de Mycobacterium tuberculosis (biopsie synoviale et osseuse). Si la bactérie n’est pas identifiable, la découverte de lésions granulomateuses
    nécrosantes est évocatrice.
  • Le traitement repose sur l’antibiothérapie prolongée.