1 . 2  -  Les crêtes neurales


A partir de la quatrième semaine, en même temps que se complète la métamérisation de l’embryon, les crêtes neurales, invaginées dans le mésenchyme, se fragmentent pour donner des amas cellulaires disposés symétriquement.

En regard du prosencéphale et du rhombencéphale, les crêtes neurales sont ainsi  à l’origine à la 6ème semaine des ganglions des nerfs crâniens et des neurones des noyaux parasympathiques du système nerveux végétatif  qui  entrent dans la composition des nerfs crâniens (III,  VII, IX, X)

Figure 9 : Développement des crêtes neurales en regard de la zone céphalique du tube neural

Au niveau du mésencéphale et du rhombencéphale, les cellules des crêtes neurales migrent vers les arcs branchiaux (cf. Chapitre 9) et l’ébauche de la glande thyroïde (cf. Chapitre 11).

Au niveau cervical et en regard de la moelle spinale,  les cellules  des crêtes neurales constituent les futurs ganglions spinaux qui se disposent sur le même plan horizontal que les somites (cf. Chapitre 5). Les cellules de ces ébauches sont à l’origine des neurones ganglionnaires, futures cellules en T   (cf. 1.2.1)   et de cellules gliales : gliocytes ganglionnaires, cellules satellites et neurolemnocytes (cellules de Schwann) (cf. 1.2.2).

Figure 10 : Développement des crêtes neurales en regard du reste du tube neural

A partir de la cinquième semaine, une partie des cellules nerveuses des ébauches ganglionnaires, les sympathogonies, migrent en direction ventrale, elles seront à l’origine des cellules dérivées des crêtes neurales.


Figure 11 : Développement des crêtes neurales, migration des sympathogonies
6/38