Points essentiels
  • Les principaux facteurs de risque des MST sont : bas niveau socioéconomique, jeune âge (86 % des cas incidents avant 30 ans) et précocité des rapports, multiplicité des partenaires, prostitution, population carcérale, tabac, drogue, alcool.
  • En cas de diagnostic d’IST, il faut toujours rechercher d’autres IST associées.
  • La technique de référence pour le diagnostic de Chlamydia trachomatis est la méthode de détection avec amplification du génome (PCR).
  • L’infection à gonocoque est asymptomatique dans 40 à 60 % des cas. Les signes urinaires sont fréquents chez le partenaire.
  • Le chancre syphilitique primaire doit être évoqué devant toute ulcération génitale.
  • Les tests sérologiques TPHA-VDRL posent le problème de réactions croisées et peuvent être négatifs à un stade très précoce (avant J7 du chancre).
  • La symptomatologie des IST est souvent frustre, le risque principal est celui d’infection génitale haute.
  • Les complications des IGH peuvent être aiguës (pyosalpinx, abcès tubo-ovarien, pelvipéritonite) et tardives (stérilité, GEU, récidive, périhépatite, douleurs pelviennes chroniques).