7  -  Prévention des complications infectieuses

Même s’il n’y a pas d’évidence selon la littérature d’un effet bénéfique à long terme, il est recommandé, en cas d’IVG chirurgicale, d’adopter une stratégie de prévention des complications infectieuses par une antibiothérapie en cas d’antécédent connu d’infection génitale haute.

Dans les situations à risque d’infections sexuellement transmissibles (IST), il ne faut pas hésiter à proposer un prélèvement vaginal et/ou une recherche de Chlamydiae trachomatis par PCR sur les urines, suivi de traitement de la patiente et du (des) partenaire(s) en cas de positivité.

En l’absence de facteur de risque infectieux, l’efficacité d’une antibiothérapie n’est pas prouvée.

7/11