4  -  Déroulement de la prise en charge

4 . 1  -  Consultation initiale

Lors de la première consultation, des informations claires et précises sont apportées à la patiente sur la procédure (méthode médicamenteuse ou chirurgicale) et les choix offerts de recours à l’anesthésie locale ou générale, ainsi que sur le temps de réflexion. Outre cette information orale, les professionnels établissent et mettent à la disposition des patientes des documents d’information écrits.

4 . 1 . 1  -  Entretien psycho-social

À l’occasion ou préalablement à la consultation médicale, un entretien psychosocial est systématiquement proposé. Il n’est pas obligatoire pour les personnes majeures. Il l’est par contre pour les mineures. Il faut essayer de comprendre les raisons de l’échec de la contraception actuelle ou de son absence.

4 . 1 . 2  -  Âge gestationnel de la grossesse

Il est précisé par l’interrogatoire et l’examen clinique voire par échographie ; le recours à une échographie doit être possible sur place lors de la consultation.

4 . 1 . 3  -  Dépistage des IST

La consultation pré-IVG est l’occasion de proposer, selon le contexte clinique, un dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST), dont le VIH, et de réaliser un frottis cervico-utérin.

4 . 1 . 4  -  Mode de contraception ultérieure

Il est abordé et éventuellement prescrit dès la visite précédant l’IVG.

4 . 1 . 5  -  Délai de réflexion

  • un dossier guide ;
  • un certificat initial de demande d’IVG (même si le médecin refuse de réaliser l’IVG, il est tenu de signer le certificat initial).

Il est d’une semaine (7 jours), entre la première demande et la réalisation de l’acte, et doit être respecté. Mais, une procédure d’urgence permet de raccourcir le délai. Cette procédure s’applique aux femmes dont l’âge gestationnel est situé entre 12 et 14 SA. Ce délai peut être réduit à 48 heures si l’âge gestationnel de 14 SA risque d’être dépassé.

Immunisation Rhésus : toutes les patientes doivent disposer d’un groupe Rhésus et d’une recherche d’agglutinines irrégulières. Si le Rhésus est négatif, une prévention d’immunisation Rhésus par une injection de gammaglobulines anti-D, devra être réalisée au moment de l’acte.

À l’issue de cette consultation, le médecin remet à la patiente : 

4 . 2  -  Deuxième consultation : la confirmation de l’IVG

Elle est réalisée 7 jours après la consultation initiale.

À l’occasion de cette consultation, la patiente devra confirmer, par écrit, la demande d’IVG. Elle devra remettre l’attestation d’entretien social (pour les mineures). Un formulaire de consentement doit être signé, un exemplaire sera remis à la patiente.

Le médecin explique à la patiente l’organisation de l’acte et son déroulement.

En cas d’IVG chirurgicale, un rendez-vous de consultation préanesthésique sera donné.

4 . 3  -  Troisième consultation : la réalisation de l’IVG

Elle correspond au jour de réalisation de l’IVG.

La technique dépend du nombre de semaines d’aménorrhée, du choix de la patiente. Nous y reviendrons.

La prévention de l’immunisation Rhésus est effectuée si le Rhésus est négatif, par l’injection intra veineuse standard de gammaglobulines anti-D. En cas d’IVG médicamenteuse, elle devra être effectuée le jour de la prise de mifépristone.

La contraception devra être prescrite et démarrée dès le lendemain. La pose d’un stérilet est déjà possible en fin d’aspiration en cas d’IVG chirurgicale.

4 . 4  -  Quatrième consultation : après la réalisation de l’IVG

C’est la consultation post-IVG. Elle est conseillée mais non obligatoire. Elle se fait entre les 14e et le 21e jour après l’IVG.

Le but de cette consultation est de : 

  • vérifier l’arrêt des métrorragies ;
  • contrôler la vacuité utérine par l’examen clinique et le dosage de la βHCG ou l’examen clinique complété par une échographie ;
  • vérifier la bonne compréhension et la bonne utilisation de la contraception précédemment prescrite ;
  • vérifier la présence d’un éventuel dispositif intra-utérin mis en place lors d’une IVG chirurgicale.
4/11