S’il est présent il faut le quantifier et compléter l’examen par une échographie abdominale.
La présence de sang dans l’espace de Morrison est le signe d’un hémopéritoine important nécessitant une prise en charge chirurgicale en extrême urgence.

Aspect échographique d'hémopéritoine

3-Dosage plasmatique des βHCG
Il est demandé en urgence chez toute patiente en âge de procréer qui présente les signes précédemment décrits.

  • Si les βHCG sont à plus de 1 500 UI/L avec une vacuité utérine à l’échographie endo-vaginale, le diagnostic de GEU est très probable.
  • Si les βHCG sont à moins de 1 500 UI/L et en l’absence de signes de gravité, il faut répéter le dosage à 48 h pour évaluer la cinétique. En effet, dans la grossesse intra-utérine les taux de βHCG doublent dans cet intervalle de temps.En cas de fausse couche spontanée, ils diminuent. Pour la GEU, les taux de βHCG marquent une ascension insuffisante ou stagnent.

Le dosage de la progestéronémie pour évaluer l’évolutivité de la GEU est peu pratiqué (si la progestéronémie est supérieure à 25 ng/mL la grossesse est encore évolutive).

  • un HémoCue® si la patiente présente des signes cliniques ou échographiques de gravité;
  • un bilan préopératoire (pas mis = 0) avec un bilan biologique (NFS, TP/TCA et groupe Rhésus RAI) et une consultation anesthésique;
  • un bilan pré-méthotrexate selon le contexte (NFS, TP/TCA, bilan rénal et hépatique);
  • en cas de groupe sanguin Rhésus négatif, il faudra demander aussi le groupe sanguin du conjoint pour la prévention de l’allo-immunisation (Ig anti-D) (pas mis = 0).

B-Diagnostics différentiels

-Chez une patiente présentant des douleurs et/ou des métrorragies, d’autres diagnostics peuvent être évoqués.

  • Si les βHCG sont positifs;
  • Si les βHCG sont négatifs;
  • grossesse intra-utérine;
  • fausse couche spontanée;
  • môle hydatiforme;
  • kyste hémorragique du corps jaune.

-Les autres causes de saignements : tumeur du col utérin, lésion traumatique cervico-vaginale, fibrome… d’où l’importance d’un examen au spéculum.
-Les autres causes de douleurs : salpingite aiguë, torsion d’annexe.

Si la patiente présente des signes cliniques de gravité et en cas de doute diagnostique, c’est la cœlioscopie en urgence qui affirmera le diagnostic.

3/6