2  -  Évolutions des différents types d’HTA au cours de la grossesse

2 . 1  -  En cas d’HTA chronique

En cas d’HTA chronique dite « modérée » (chiffres tensionnels modérés + origine essentielle = idiopathique + sans répercussion vasculaire = sans rétinopathie, insuffisance coronarienne, néphropathie + sans ATCD de PE et/ou de RCIU), le pronostic est le plus souvent bon. La tendance est à l’amélioration voire à la normalisation des chiffres tensionnels en début de grossesse qui autorise alors l’arrêt du traitement antihypertenseur. Celui-ci doit le plus souvent être réintroduit en dernière partie de grossesse.

Dans les autres cas, l’HTA chronique est dite « sévère » et son pronostic est plus péjoratif. Le risque est l’évolution vers l’HTA maligne ou la pré-éclampsie surajoutée avec ses complications maternelles et fœtales.

2 . 2  -  En cas d’HTA gravidique

En cas d’HTA gravidique, le risque est l’évolution vers la pré-éclampsie et ses complications.

2 . 3  -  En cas de pré-éclampsie surajoutée

Toute HTA chronique peut se compliquer de pré-éclampsie.

Les complications maternelles de la pré-éclampsie peuvent mettre en jeu le pronostic vital :

  • crise d’éclampsie ;
  • HELLP syndrome ;
  • hématome rétroplacentaire (HRP) ;
  • coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) ;
  • plus rarement : insuffisance rénale aiguë, hématome sous-capsulaire du foie, rétinopathie hypertensive, hémorragie cérébroméningée à l’occasion d’une poussée hypertensive.

Les complications fœtales sont :

  • un retard de croissance intra-utérin (RCIU) ;
  • une mort fœtale in utero consécutive à un RCIU sévère ou à l’occasion d’un accident aigu (éclampsie, HRP) ;
  • une prématurité induite pour sauvetage maternel ou fœtal.

Remarque

Il n’y a pas de parallélisme strict entre les chiffres tensionnels et la présence et/ou la sévérité du RCIU. Une HTA en apparence modérée peut être associée à un RCIU sévère.

2/10