3 . 2 . 3  -  Insuffisance antéhypophysaire


Déficit des fonctions hypophysaires antérieures, c’est à dire un déficit de sécrétion des différentes hormones ACTH, TSH, LH, FSH, GH ou prolactine.

L’insuffisance antéhypophysaire peut être totale ou partielle, associée ou non à un déficit post-hypophysaire, réalisant alors un pan-hypopituitarisme. Habituellement l’axe gonadotrope est touché le premier puis par ordre chronologique, les axes somatotrope, thyréotrope, corticotrope et enfin la prolactine.

Insuffisance antéhypophysaire globale (panhypopituitarisme)

Aspect clinique global caractéristique :

  • Faciès pâle, aspect vieilli ;
  • Peau mince, froide, sèche ;
  • Les rides, au niveau du front et de la partie externe des orbites, sont fines ;
  • Dépigmentation des aréoles mammaires et des organes génitaux externes ;
  • Dépilation complète au niveau des aisselles et du pubis (sujets < 60 ans) consécutive à l'absence d'androgènes surrénaliens et gonadiques.

Insuffisance gonadotrope

  • Chez l’homme :
    • Disparition de la libido, impuissance
    • Raréfaction de la pilosité du visage
    • Testicules atrophiés et mous
    • Infertilité
  • Chez la femme :
    • Irrégularités menstruelles sans bouffées de chaleur précédent une aménorrhée
    • atrophie des muqueuses vaginales et vulvaires responsable d'une dyspareunie

Insuffisance corticotrope

  • Altération de l’état général avec asthénie très importante, anorexie, amaigrissement
  • Déficit de la néoglucogénèse hépatique par déficit en cortisol et donc risque d'hypoglycémie
  • Tendance à l’hypotension et perte de la réponse vasopressive au stress (infectieux, chirugical, traumatique,…)
  • En quelque sorte tableau proche de l’insuffisance surrénale mais moins marqué et sans mélanodermie

Insuffisance thyréotrope


  • Carence en hormones thyroïdiennes d'intensité variable mais le plus souvent moins sévère que CELLE observéE au cours des hypothyroïdies périphériques.
  • On ne trouve jamais de tableau de myxoedème.

Insuffisance somatotrope

  • Chez l’adulte : la carence en hormone de croissance (GH) n’a pas de répercussion clinique évidente à l’exception d’une diminution de la masse musculaire et une tendance à l’adiposité abdominale.
  • Chez l’enfant : un retard de croissance fait évoquer le diagnostic.

25/39