1 . 3  -  Hyperthyroïdie


Signes fonctionnels

  • Palpitations
  • Amaigrissement
  • Hyperphagie
  • Diarrhée motrice
  • Thermophobie
  • Sueurs
  • Nervosité, irritabilité

Signes physiques généraux

  • Amaigrissement
  • Tachycardie : le plus souvent sinusale, parfois fibrillation auriculaire
  • Tremblement fin des extrémités
  • Mains moites
  • Eclat du regard
  • Exophtalmie (voir maladie de Basedow)
  • Goitre parfois visible à l’inspection
  • Gynécomastie (rare)

Diagnostic étiologique

C’est un temps fondamental de la démarche clinique car il va déterminer les choix thérapeutiques. Trois étiologies rendent compte de plus de 90 % des hyperthyroïdies :


→ Maladie de Basedow

C’est une maladie auto-immune liée à la présence d’un auto-anticorps dirigé contre le récepteur de la TSH. Cet anticorps est généralement stimulant et va être à l’origine d’une hyperstimulation de la thyroïde et d’une augmentation de volume de la glande (goitre). Elle touche préférentiellement la femme jeune. En plus des signes liés à l’hyperthyroïdie, la maladie de Basedow a des caractéristiques sémiologiques qui permettent le plus souvent d’en faire le diagnostic cliniquement :

  • l’association dans environ 20 % des cas à une ophtalmopathie tout à fait spécifique, qui ne se rencontre jamais dans les autres formes d’hyperthyroïdies. L’éclat du regard n’est en revanche pas spécifique ;
  • un goitre « vasculaire » : la thyroïde est habituellement augmentée de volume de façon homogène, la palpation de la glande peut permettre de percevoir un thrill, sensation de frémissement qui traduit l’augmentation de la circulation sanguine au sein du goitre. L’auscultation peut mettre en évidence un souffle.

Figure 2 : Opthalmopathie Basedowienne
Notez la rétraction de la paupière supérieure, la protrusion, l’oédème palpébral, les signes inflammatoires et le chémosis (oeil droit).
Source : © Collège des Enseignants d’Endocrinologie, Diabète et maladies Métaboliques
http://www.fascicules.fr/polycopies-endocrinologie-27.html

→ Adénome toxique

Il s’agit d'une formation nodulaire au sein de la glande, dont les cellules expriment un récépteur de la TSH qui a subit une mutation somatique activatrice. La prédominance féminine est moins nette que pour la maladie de Basedow, les signes cliniques sont ceux d’une hyperthyroïdie « pure », le nodule est parfois palpable.

→ Goitre multinodulaire toxique


Plus fréquent chez le sujet âgé, il est lié à l’autonomisation de plusieurs régions le la thyroïde. Les signes cliniques classiques de l’hyperthyroïdie sont souvent absents et le tableau clinique peut être trompeur chez ces sujets âgés ayant souvent d’autres pathologies associées. La palpation cervicale montre un goitre plus ou moins volumineux, irrégulier, pouvant contenir un ou plusieurs nodules individualisables.

4/39