3  -  Sémiologie des troubles de la marche et de l'équilibre

    
Les troubles de la marche et de l’équilibre sont fréquents chez les personnes âgées et sont d’origine neurologique, douloureuse et psychique.

3 . 1  -  Troubles de marche et d’équilibre d’origine neurologique

3 . 1 . 1  -  Démarche déficitaire

     Un déficit moteur consécutif à une atteinte du système pyramidal, du nerf périphérique ou du muscle, peut avoir un retentissement sur la marche et l’équilibre.Ainsi, la démarche de l’hémiplégique est décrite comme la démarche en fauchant le patient est obligé de décrire un arc de cercle à concavité interne en raison de la contracture et de la paralysie du membre inférieur.

      Au cours des syndromes pseudobulbaires et des états lacunaires chez les personnes âgées, la démarche s’effectue à petits pas, le pied glissant sur le sol à chaque pas avec un ballant automatique des bras conservé.

     Lors de l’atteinte d’un nerf périphérique, la démarche se fait en « steppant » ; la parésie du quadriceps rend impossible l’extension de la jambe sur la cuisse et provoque cette démarche caractéristique faite d’extension continue de la jambe atteinte et de flexion compensatrice de la cuisse sur l’abdomen pour porter le pied en avant.

3 . 1 . 2  -  Démarche ataxique

      Celle-ci peut correspondre à une ataxie sensitive, labyrinthique ou cérébelleuse. L’atteinte cordonale postérieure entraîne une démarche talonnante.

     Lors d’une atteinte labyrinthique, la station debout et la marche sont impossibles lors des accès vertigineux. À distance de ces derniers, la marche est précautionneuse et instable avec une déviation latérale de la ligne de marche.

     Lors de l’atteinte du cervelet, la personne debout se tient les jambes écartées avec les bras en abduction et à la marche elle progresse en zigzaguant et en titubant réalisant la démarche ébrieuse.

3 . 1 . 3  -  Troubles de la marche du parkinsonien

     La démarche parkinsonienne se caractérise par une marche le tronc incliné en avant, les membres en légère flexion avec perte du balancement du bras. À un stade plus avancé, la marche se fait à petits pas avec frottements des pieds et demi-tour décomposé. Cette marche à petits pas peut faire place à un état plus sévère où l’enrayage cinétique de la marche et la rétropulsion vont être responsables de chutes chez la personne âgée.

3 . 1 . 4  -  Astasie-abasie

     L’astasie-abasie se définit comme l’instabilité à la station debout avec rétropulsion spontanée (astasie) et l’incapacité de marcher. Ce trouble de la marche peut être observé chez le sujet âgé en dehors de tout syndrome extrapyramidal et peut être rattaché à l’imagerie cérébrale à une lésion frontale ou une hydrocéphalie ou un état lacunaire, ou être sans cause apparente (astasieabasie pure).

3 . 2  -  Troubles de marche et d’équilibre d’origine douloureuse

     La marche peut être compromise par des douleurs lombaires ou des membres inférieurs. Les causes principales chez la personne âgée sont les suivantes : lombosciatique, canal lombaire étroit arthrosique, coxarthrose et gonarthrose, artériopathie des membres inférieurs, problèmes podologiques.

3 . 3  -  Troubles de marche et d'équilibre d’origine psychique

     La marche précautionneuse est souvent rencontrée chez les personnes âgées, démarche prudente liée à une anxiété apparue à la suite de chutes et pouvant conduire à une véritable stasobasophobie (cf. supra "Syndrome postchute").

3/6