Points essentiels
  • Une lombosciatique discale typique chez un adulte jeune ne nécessite initialement aucun examen complémentaire.
  • Une lombosciatique paralysante ou avec syndrome de la queue de cheval justifie des examens précisant les lésions. C’est une urgence thérapeutique généralement chirurgicale.
  • En cas de lomboradiculalgie discale non compliquée, des examens complémentaires (TDM, IRM) ne seront envisagés qu’après l’échec du traitement médical poursuivi pendant deux mois.
  • Toute douleur de la face antérieure de la cuisse n’est pas une cruralgie et il faut éliminer une affection ostéoarticulaire régionale (hanche, bassin, fémur) ou une autre névralgie du membre inférieur (méralgie paresthésique).
  • Lorsqu’une radiculalgie symptomatique est suspectée, il faut demander des radiographies standards et un bilan biologique, complétés éventuellement par d’autres explorations.
  • Le syndrome du canal carpien, le plus fréquent des syndromes canalaires, se manifeste le plus souvent par des acroparesthésies bilatérales, à recrudescence nocturne, dans le territoire du nerf médian ; en dehors d’une forme déficitaire, son traitement est avant tout médical.