3 . 5 . 7  -  Lombalgies extrarachidiennes

Certaines affections extrarachidiennes peuvent se révéler par des lombalgies. Leur caractéristique essentielle est l’absence d’anomalie rachidienne à l’examen clinique.

3 . 5 . 7 . 1  -  Anévrisme de l’aorte abdominale

Les lombalgies par anévrisme de l’aorte abdominale nécessitent un diagnostic précoce compte tenu de la gravité du pronostic à court terme. Deux tableaux cliniques sont individualisés : lombalgies aiguës traduisant une fissuration de l’anévrisme, très intenses, parfois dans un contexte de collapsus cardiovasculaire ; les lombalgies chroniques, souvent associées à des irradiations abdominogénitocrurales évoluant par paroxysmes, de rythme inflammatoire, témoignant de fissurations répétées spontanément colmatées. Des signes généraux peuvent être associés (amaigrissement, fébricule, anémie, signes biologiques d’inflammation). L’échographie abdomino-pelvienne et la TDM confirment le diagnostic.

3 . 5 . 7 . 2  -  Lombalgies liées à une pathologie urinaire

Des lombalgies hautes, souvent latéralisées (angle costolombaire), irradiant dans le flanc, voire aux organes génitaux externes, peuvent révéler des affections rénales : lithiase rénale chronique, hydronéphrose, tumeur rénale. L’échographie rénale et l’urographie intraveineuse précisent le diagnostic.

3 . 5 . 7 . 3  -  Autres étiologies de lombalgies extrarachidiennes

Les examens justifiés par l’orientation clinique permettent d’identifier l’affection en cause : tumeurs digestives (gastriques, rectocoliques ou pancréatiques), pancréatite chronique, tumeurs pelviennes, adénopathies prérachidiennes, fibrose rétropéritonéale.

11/11