5  -  Étude radiologique

5 . 1  -  Caractéristiques générales

Bien qu’appartenant aux spondylarthropathies, le rhumatisme psoriasique possède des caractéristiques radiologiques qui lui sont propres et qui orientent souvent le diagnostic (figure 17.4). Il s’agit de l’association souvent évocatrice :
– de lésions destructrices (érosion marginale, ostéolyse) ;
– et de lésions reconstructrices (hyperostose, appositions périostées, périostite, enthésiophytes souvent exubérants, surtout au rachis, ankylose).
L’ostéolyse précède l’ankylose, ce qui illustre le caractère secondaire de l’atteinte synoviale (mais l’ankylose sur une articulation peut coexister avec l’ostéolyse sur une autre). Les images érosives progressent en général de la périphérie vers le centre ; elles peuvent aboutir à l’image classique en « pointe de crayon » (amincissement des têtes métacarpiennes ou métatarsiennes avec cupule de la base de la phalange) ou à une ostéolyse complète (acro-ostéolyse des houppes phalangiennes, arthrite mutilante) (figures 17.5 et 17.6). Les enthésites se traduisent ensuite par l’induction d’une reconstruction ostéopériostée (enthésophytes souvent « grossiers », épais), puis l’ankylose osseuse peut s’installer (parfois de façon asymptomatique), notamment aux articulations interphalangiennes.

Figure 17.4 : Aspect caractéristique d’une atteinte psoriasique : association de lésions érosives, d’appositions périostées et d’hyperostose touchant électivement la dernière phalange (souvent associé à une atteinte unguéale constituant ainsi l’onycho-pachydermo-périostite psoriasique).
Figure 17.5 : Radiographie de la main droite. Arthrites à tendance destructrice des articulations interphalangiennes proximales et distales.
Figure 17.6 : Radiographie de l’avant-pied. Arthrite de l’articulation interphalangienne de l’hallux et résorption des houppes phalangiennes 1 et 2.

5 . 2  -  Atteinte axiale

L’atteinte axiale est caractérisée par l’asymétrie de la sacro-iliite (souvent condensante) et par l’existence de syndesmophytes grossiers et asymétriques, avec ossification en agrafe, de localisation préférentielle cervicodorsale.

5 . 3  -  Au pied

Au talon, l’aspect initial est celui d’une érosion postérieure ou inférieure (insertion du tendon d’Achille ou de l’aponévrose plantaire), puis apparaît la reconstruction périostée, puis l’aspect de « pseudo-épine ». Dans les formes évoluées, une périostite engainante et exubérante du calcanéus peut apparaître.

5 . 4  -  Aux orteils et aux doigts

Les aspects radiographiques de l’atteinte des doigts et des orteils sont très variés, associant :
– arthrite érosive d’une articulation interphalangienne distale ;
– ostéolyse interphalangienne donnant un interligne anormalement élargi et des surfaces adjacentes très nettement délimitées ;
– ankylose d’une articulation interphalangienne (figure 17.7) ;
– périostite juxta-articulaire en spicule ou en bande d’un doigt ou d’un orteil ;
– résorption de la houppe phalangienne ou ostéopériostite de la phalangette.

Figure 17.7: Radiographies de face de l’avant-pied droit (A) et gauche (B). Arthrites ankylosante des articulations interphalangiennes proximales.
5/7