2. 2. 4 - Polyarthrite avec signes digestifs

– Une diarrhée glairosanglante : oriente vers une entérocolopathie inflammatoire.
– Une diarrhée simple : évoque une spondylarthropathie, une maladie de Whipple.
– Des douleurs abdominales associées à des poussées récurrentes articulaires : évoquent une fièvre périodique.
– Un syndrome ictérique oriente vers des hépatopathies aiguës ou chroniques auto-immunes.

2. 2. 5 - Polyarthrite avec anomalies ophtalmologiques

On doit rechercher systématiquement à l’interrogatoire et à l’examen clinique :
– une conjonctivite, qui évoque lorsqu’elle est aiguë un syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter ou s’il s’agit d’une kératoconjonctivite sèche, un syndrome de Gougerot-Sjögren ;
– une uvéite qui doit faire rechercher des signes de sarcoïdose, de maladie de Behçet ou de spondylarthropathie ;
– une sclérite : rencontrée plus fréquemment lors des vascularites de type Wegener et parfois au cours de la polyarthrite rhumatoïde (plus souvent anciennes).

2. 2. 6 - Polyarthrite avec anomalies neurologiques

–Des anomalies neurologiques centrales de type convulsion sont évocatrices de lupus érythémateux disséminé ou de syndrome des antiphospholipides, de vascularite, de neuro-Behçet ou de syndrome de Gougerot-Sjögren.
– Des neuropathies périphériques évoquent le syndrome de Gougerot-Sjögren, les vascularites, les méningoradiculites de Lyme. Elles sont parfois observées dans les polyarthrites rhumatoïdes anciennes.

2. 2. 7 - Polyarthrite avec anomalies ORL

– L’atteinte des oreilles, si elle domine sur le cartilage, évoque une polychondrite atrophiante ; on doit également rechercher des tophus goutteux.
– Des lésions du nez peuvent être évocatrices : une perforation nasale évoque une maladie de Wegener, un nez en « pied de marmite » une polychondrite atrophiante.
– Une ulcération buccale évoque la maladie de Behçet (aphtose), un lupus ou une maladie de Crohn.
– La xérostomie et ses conséquences dentaires (atteinte des gencives, caries, perte des dents) évoquent en premier lieu le syndrome de Gougerot-Sjögren.

2. 2. 8 - Polyarthrite avec anomalies uronéphrologiques

– Une urétrite évoque soit le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter soit une gonococcie.
– Une balanite circinée est parfois rencontrée lors du rhumatisme psoriasique ou lors des autres spondylarthropathies.
– Des lithiases radiotransparentes peuvent se rencontrer en cas d’hyperuricémie.
– Une néphropathie doit être recherchée systématiquement par la bandelette urinaire) : tubulo-interstitielle (goutte, sarcoïdose ou maladie de Gougerot-Sjögren) ou glomérulaire (lors des connectivites, des vascularites et de la maladie lupique).

2. 2. 9 - Polyarthrite avec signes axiaux

La présence d’une lombalgie inflammatoire ou de fessalgie doit faire évoquer une spondylarthropathie. On recherchera alors d’autres signes de spondylarthropathie.


5/17