5  -  Complications de la maladie de Horton

     Les complications de la maladie de Horton sont essentiellement vasculaires et ischémiques. Elles sont le plus souvent brutales et irréversibles. Elles font toute la gravité de la maladie et doivent être recherchées systématiquement lors du diagnostic et des consultations de suivi.

5 . 1  -  Complication oculaire

     Les complications oculaires surviennent chez 5 à 20 % des patients et sont le plus souvent précédées de prodromes (flou visuel, scotome, diplopie, amaurose...). De 1 à 2 % des patients ont une cécité bilatérale définitive et 2 à 5 % une cécité monoculaire.
L’amaurose est la conséquence :

– d’une artérite oblitérante de l’artère ophtalmique ou de ses branches (artères ciliaires ou artère centrale de la rétine) ;
– ou d’une névrite optique ischémique ;
– ou d’une embolie à point de départ carotidien.

En cas d’atteinte unilatérale, le risque d’atteinte controlatérale et de cécité totale définitive est important et justifie une prise en charge urgente.

5 . 2  -  Complications neurologiques

5 . 2 . 1  -  Accident vasculaire cérébral constitué et accident ischémique transitoire

     Ces complications concernent 5 % des patients. Ces accidents peuvent être liés à l’atteinte inflammatoire des artères à visée cérébrale ou de mécanisme embolique à point de départ carotidien. Tout AVC ou AIT associé à un syndrome inflammatoire chez un patient âgé doit faire évoquer une maladie de Horton.

5 . 2 . 2  -  Manifestations neuropsychiatriques

     Ces manifestations apparaissent dans 3 % des cas avec désorientation temporospatiale et trouble de l’humeur, dont le mécanisme n’est pas totalement éclairci. Ces troubles répondent rapidement à la corticothérapie.

5 . 2 . 3  -  Atteinte neurologique périphérique

     Une telle atteinte est liée à une vascularite des vaisseaux de la vasa nervosum avec risque :

– de polyneuropathies ou de multineuropathies (environ 7 % des malades) ;
– d’atteinte des nerfs oculomoteurs (diplopie chez 2 % des malades) ;
– de névrite optique ischémique (responsable d’une partie des baisses de l’acuité visuelle).

5 . 3  -  Autres complications vasculaires

Les atteintes suivantes peuvent également être observées :

– Forme cardioaortique, où une aortite et une artérite de la gerbe aortique peuvent être responsables :
• d’un syndrome de l’arc aortique avec claudication des membres supérieurs, d’une asymétrie tensionnelle ou du pouls, de troubles vasculaires distaux type acrocyanose ;
• d’une aortite avec risque d’anévrysme ou de dissection, d’insuffisance aortique ;
• d’un infarctus du myocarde par coronarite.

– Atteinte des artères pulmonaires : toux chronique, infiltrat bronchopulmonaire.

– Atteinte artérielle des membres supérieurs (asymétrie tensionelle...) ou inférieurs, avec risque de claudication intermittente.

– Atteinte rénale ou digestive, avec risque d’hypertension artérielle et d’infarctus mésentérique.

La radiographie de thorax et l'échographie cardiaque sont utiles au diagnostic (outre les diagnostics différentiels) et lors du suivi pour dépister ces complications aortiques.

5/8