4. 2 - Les trois caractéristiques de la couleur

4. 2. 1 - La luminosité

(syn. : brillance, luminance ou valeur, terme anglais « value »)

La luminosité correspond à la quantité de lumière réfléchie. Si tout le spectre de la lumière du jour est réfléchi, l’objet observé est blanc. Si rien n’est réfléchi, l’objet est noir. Dans cet intervalle, en fonction de la quantité de lumière l’objet apparaît plus ou moins gris. La difficulté dans le choix de la luminosité est de faire abstraction de la teinte et de la saturation en teinte. Les cellules spécialisées dans la luminosité sont les bâtonnets.

4. 2. 2 - La teinte

(syn. : tonalité chromatique, chromaticité, ton, terme anglais « hue »)

Cette teinte est exclusivement liée à la longueur d’onde dominante de la lumière réfléchie. Elle fait partie du spectre visible (figure 9).

Figure 9 : Rayonnement électromagnétique et spectre visible
La limite du spectre visible varie d’un individu à l’autre, les extrêmes pourraient être de 380 nanomètres à 800 nanomètres. L’ultraviolet et l’infrarouge ne sont pas visibles. Les 6 ou 7 couleurs habituellement répertoriées sont : violet (et indigo)[380-450nm], bleu [450-490nm], vert [490-560nm], jaune [560-590nm], orange [590-630nm], rouge [630-800nm]. La limite bleu-vert-indigo est difficilement discernable. En réalité, la variation de teinte est continue et cette distinction est totalement arbitraire.L’œil (cônes) est plus sensible dans l’intervalle vert-jaune et moins sensible à partir du rouge et du bleu.

4. 2. 3 - La saturation

(syn. : intensité, densité de couleur, en anglais « chroma »)

C’est la quantité de la teinte dans le matériau. Pour diluer une teinte, il suffit d’y ajouter du blanc.

La couleur est donc l’association de ces trois caractéristiques : la luminosité, la teinte et la saturation. Il convient donc de distinguer couleur et teinte, employées habituellement l’une pour l’autre dans le langage courant. Deux systèmes sont utilisés pour classer ces couleurs. Le plus ancien est le système de Munsell. Aujourd’hui, on utilise le système L*a*b* (figure 10).

Figure 10 : Système L*a*b*

10/12