Introduction

Ce chapitre est un pré-requis avant d’aborder l’allaitement maternel de l’UE de puériculture-pédiatrie (actuellement non disponible).

Ces connaissances permettront de comprendre les différentes modalités d’accompagnement de l’allaitement maternel.

1  -  Transformations mammaires pendant la gestation

Pendant la grossesse, les hormones placentaires ont une action sur la mammogenèse :

  • les ┼ôstrogènes favorisent le développent des canaux galactophores ;
  • la progestérone favorise le développement des acini et l’hypertrophie des cellules sécrétoires et myoépithéliales.

1 . 1  -  Transformations macroscopiques

1 . 1 . 1  -  Les seins

Deux mécanismes expliquent la modification des seins pendant la gestation :

  • l’hyperplasie de l’épithélium glandulaire qui va remplacer peu à peu le tissu adipeux ;
  • des phénomènes congestifs, ressentis sous forme de tension mammaire pendant le deux premiers mois et qui sont dus à l’hyperplasie épithéliale et à un phénomène vasomoteur.


Tout au long de la grossesse :

  • la croissance du tissu épithélial se poursuit régulièrement ;
  • l’augmentation moyenne du volume du sein pendant la grossesse est de 200 ml.


En fin de grossesse :

  • le tissu graisseux a presque disparu ;
  • le tissu glandulaire est perçu sous forme de lobes durs et tendus ;
  • la pression douce fait perler un peu de colostrum ;
  • la peau des seins devient fine et le réseau veineux de Haller est visible.

1 . 1 . 2  -  L’aréole et le mamelon

En début de grossesse :

  • la coloration de l’aréole s’accentue ;
  • les tubercules de Montgoméry s’hypertrophient ;
  • le mamelon est plus mobile et plus saillant.

1 . 2  -  Histophysiologie

Il faut distinguer deux phénomènes :

  • la croissance du tissu (ou mammogenèse) en principe au 1er et 2ème trimestre, parfois plus tardivement ;
  • la différenciation cellulaire (ou lactogenèse) en fin de grossesse.

1 . 2 . 1  -  Mammogenèse

La mammogenèse correspond au développement du parenchyme glandulaire, soit la multiplication cellulaire et la mise en place de l’organisation lobulo-acineuse.

En dehors de la grossesse, le sein est constitué essentiellement d’un réseau de tubules noyés dans un stroma conjonctivo-adipeux. Chaque tubule est constitué de deux couches :

  • une couche interne : l’épithélium sécrétoire,
  • une couche externe : les cellules myoépithéliales.


Le tubule de premier ordre s’appelle le canal galactophore. Autour de lui le parenchyme glandulaire forme le lobe. À l’extrémité distale, les tubules de derniers ordres présentent des bourgeons d’attente.

Au début de la grossesse, il se produit une activité mitotique importante au niveau des tubules distaux et des bourgeons d’attente.
Il se produit :

  • l’accroissement de la taille des tubules existants ;
  • l’apparition de nouveaux tubules secondaires au niveau des tubules ;
  • la formation d’éléments glandulaires typiques : les acini. L’ensemble d’acini groupés autour d’un canal excréteur commun, constitue un lobule.


Au cours du 2ème trimestre, l’organisation lobulo-acineuse, mise en place au 1er trimestre, se développe. Le tissu graisseux interlobulaire disparait. Les lobules ne sont plus séparés que par quelques lames de tissu conjonctif. Une petite activité sécrétoire apparaît dans les cellules et les lumières glandulaires.

Au cours du 3ème trimestre, l’activité mitotique disparait et les phénomènes d’hypertrophie prédominent.

Figure 1 : Évolution de la glande mammaire
Source : UVMaF

1 . 2 . 2  -  Lactogenèse

En fin de grossesse les cellules épithéliales se différencient. Les cellules acquièrent toutes les caractéristiques d’une cellule sécrétoire. Tous les éléments nécessaires à la production de lait se mettent en place mais la lactation n’est pas cliniquement initiée à ce stade, c’est la lactogenèse infraclinique.

Les produits de sécrétion s’accumulent dans la lumière des acini qu’ils dilatent. Les cellules épithéliales s’aplatissent et les cellules myoépithéliales étirées sont alors à peine visibles.

Durant cette période, il existe cependant deux particularités :

  • les protéines sont excrétées vers la lumière, mais les graisses restent intracellulaires. Ceci explique la richesse en protéines du colostrum ;
  • toutes les voies métaboliques de synthèse ne sont pas fonctionnelles. Il en est ainsi de la synthèse de l’alpha-lactalbumine qui ne se fait pas à ce stade.
1/5