2 . 1 . 2  -  Les poches endobranchiales


Les poches endobranchiales, apparues sur les faces latérales dès la 4ème semaine donnent au cours des 6ème et 7ème semaines de développement, des dérivés importants :

1)  la première se creuse et s’allonge en même temps que s’élargit la région buccale, elle donne le recessus tubo-tympanique à l’origine de la trompe auditive et de la caisse du tympan.  Son extrémité rejoint le fond de la première poche ectobranchiale  qui devient le méat acoustique externe (le tympan restera une membrane résultant de l’accolement des feuillets endodermique et ectodermique séparés par  une fine couche de tissu conjonctif d’origine mésenchymateuse).

2) la deuxième, peu profonde, donne un bourgeonnement qui s’enfonce dans le chorion sous-jascent  et sera ultérieurement le siège d’une colonisation par des cellules lymphoïdes ; ainsi se constitue de chaque côté la tonsille palatine (les travées endodermiques sont à l’origine des cryptes).

Figure 5 : Les premières poches endobranchiales (I et II)

3) La troisième donne deux bourgeonnements distincts :

-  la partie ventrale donne de chaque côté, un bourgeonnement volumineux, l’ébauche principale du thymus, qui plonge vers la ligne médiane et migre  en direction caudale pour rejoindre son homologue contro-latérale 

-  la partie dorsale donne un petit bourgeon distinct qui se transforme en ébauche de glande para-thyroïde.

4) La quatrième donne également deux bourgeonnements :

-  la partie dorsale,  une ébauche de glande parathyroïde 

-  la partie ventrale une ébauche thymique accessoire

5) La cinquième poche est rudimentaire dans l’espèce humaine qui ne possède pas de corps ultimo-branchial. (Les cellules C de la thyroïde qui secrètent la calcitonine, hormone hypocalcémiante, dérivent des cellules des crêtes neurales).

Figure 6 : Les poches endobranchiales suivantes (III, IV, V)
5/25