CONSULTER AUSSI :

Sur le campus d’Endocrinologie :
 Item 38 : Puberté normale et pathologique.

Sur le campus de Pédiatrie :
 Item 38 : Puberté normale et pathologique.

1  -  Pour comprendre

La puberté se définit par la période de transition entre l’enfance et l’âge adulte. Dans l’espèce humaine, elle dure en moyenne 4 ans. Elle comprend le développement des caractères sexuels secondaires, l’acquisition des fonctions de reproduction, l’accélération de la vitesse de croissance, l’augmentation de l’index de corpulence et s’accompagne de modifications psychologiques.

La puberté est la conséquence du « réveil » de l’axe gonadotrope, qui se compose des neurones à GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone), des cellules antéhypophysaires gonadotropes et des gonades, ovaires ou testicules. Cet axe gonadotrope est fonctionnel pendant la vie intra-utérine et pendant quelques semaines après la naissance. Il s’agit de la « mini puberté ». Pendant l’enfance, l’axe gonadotrope est inhibé, il se réveille au moment du démarrage pubertaire. La puberté est la conséquence de la sécrétion pulsatile de la GnRH par des neurones hypothalamiques. La GnRH induit une élévation progressive initialement de la LH, puis de la LH et de la FSH qui induisent à leur tour une sécrétion des stéroïdes gonadiques, l’estradiol chez la fille et la testostérone chez le garçon.

L’âge de début de puberté dépend de facteurs génétiques et de facteurs environnementaux, en particulier la nutrition et la dépense énergétique. Les enfants adoptés, les enfants originaires d’Afrique noire ou les enfants obèses ont une puberté plus précoce que les enfants de la population générale. Une balance énergétique négative avec un manque d’apports alimentaires et/ou une dépense physique excessive, ou un manque de sommeil retardent l’âge de survenue de la puberté.

1/5