2  -  Bénéfices de l’allaitement maternel

Le lait maternel a deux grandes fonctions pour l’enfant, nutritive et immunologique. Sa composition et sa quantité sont variables : eau et oligoéléments, teneur élevée en lactose, basse en caséine mais riche en protéines solubles (α-lactoglobulines) ou essentielles (lysozyme, Ig, lactoferrine), acides gras essentiels (acide linoléique et α-linolénique), triglycérides à chaîne longue. Les premiers allaitements sont composés de collostrum, une substance riche en IgA, glycoprotéines, oligosaccharides, cellules immunitaires et pauvres en graisses. Il y a une modification à partir du 15e jour en lait de transition de plus en plus riche en graisses.

Il y a aussi des éléments non nutritifs ayant un rôle immunologique comme des immunoglobulines, le lyzozyme et des éléments cellulaires (lymphocytes, polynucléaires, macrophages). Tous ces éléments confèrent au nouveau-né une immunité passive contre certaines infections.

Le lait est une substance spécifique d’espèce. Le lait maternel diffère notamment du lait de vache par sa teneur et sa composition en protéines : 

  • plus pauvre en caséines, d’où sa couleur translucide ;
  • plus riche en protéines non nutritives, et notamment en lactoferrine, Ig et lyzozyme ;
  • plus adapté à la protection d’un nouveau-né dont le système immunitaire est plus immature que celui des autres mammifères ;
  • moins riche en vitamine D, source de rachitisme d’où l’intérêt d’une supplémentation systématique.

Les laits maternisés sont obtenus par transformation du lait de vache. En effet, la composition de ce dernier ne le rend pas directement assimilable par le nouveau-né humain. Mais la plupart des éléments immunologiques sont spécifiques d’espèce, l’allaitement artificiel n’ayant pas la fonction immunoprotectrice de l’allaitement maternel.

Il existe de très rares contre-indications médicales à l’allaitement maternel : galactosémie congénitale, séropositivité VIH (dans les pays industrialisés), la tuberculose évolutive, la psychose, la prise de médicaments toxiques (antithyroïdiens de synthèse, etc., cf. le site du CRAT).

2/5