4  -  Tumeurs ovariennes borderlines ou frontières

à côté des tumeurs bénignes et des tumeurs malignes, il existe une variété tumorale particulière à l’ovaire, les tumeurs borderlines ovariennes (TBO) ou tumeurs frontières de l’ovaire (TFO) qui se situent entre les lésions morphologiquement bénignes et les tumeurs malignes.

Elles doivent être individualisées en raison de leur fréquence, de leur âge de survenue (inférieur à celui des tumeurs malignes) et surtout de leur excellent pronostic par rapport à celui des tumeurs malignes.

L’IRM pelvienne est d’un apport diagnostique majeur par l’analyse des séquences en diffusion et en perfusion. Aucun critère macroscopique pris isolément ne permet de les différencier d’une part d’un cystadénome papillaire bénin et d’autre part des tumeurs malignes ou cystadénocarcinomes. C’est donc l’analyse histologique qui permettra de faire le diagnostic. Ce diagnostic histologique est difficile et peut nécessiter la relecture d’un expert.

Dans 20 % à 40 % des cas, la tumeur est associée à des localisations extra-ovariennes, sous forme d’implants péritonéaux, qu’il ne faut pas confondre avec des lésions de carcinose péritonéale. Tout comme dans le cancer ovarien, il faut réaliser une stadification ou restadification péritonéale complète par voie cÅ“lioscopique comprenant :

  • exploration complète de la cavité péritonéale ;
  • cytologie péritonéale et biopsies péritonéales ;
  • kystectomie ou annexectomie uni- ou bilatérale en fonction des situations ;
  • omentectomie infracolique ;
  • pas de curage nécessaire dans cette pathologie ;
  • appendicectomie en cas de forme mucineuse.

Les éléments pronostiques des TBO sont le type histologique et surtout la présence d’implants invasifs, d’où l’importance de la stadification initiale. Ces éléments permettront chez des femmes souvent jeunes de décider d’un traitement conservateur, contrairement au cancer ovarien où le traitement est le plus souvent radical.

4/5