3  -  Lymphomes gastriques primitifs

3 . 1  -  Fréquence


L'estomac est la première localisation en fréquence des lymphomes extraganglionnaires. Ils représentent environ 5 % des tumeurs de l'estomac.

3 . 2  -  Types histologiques


Le lymphome primitif de l'estomac le plus fréquent est le lymphome B à petites cellules du MALT (mucosa-associated lymphoid tissue ou tissu lymphoïde associé aux muqueuses). Ce lymphome est un lymphome de bas grade, indolent.

Le deuxième type histologique le plus fréquent est le lymphome B diffus à grandes cellules.

3 . 3  -  Lésions précancéreuses, facteurs favorisants


Le lymphome à petites cellules de type MALT est quasiment toujours associé à une infection par Helicobacter pylori (> 90 %).

3 . 4  -  Diagnostic


Les circonstances de découvertes sont variables (douleurs, saignements…).

Le diagnostic se fait par endoscopie ┼ôso-gastro-duodénale avec biopsies multiples de la lésion gastrique et examen anatomopathologique des biopsies.

L'examen anatomopathologique :

  • fait le diagnostic de lymphome ;
  • précise le type de lymphome suivant la classification OMS en vigueur (2008) ;
  • précise la présence ou non d'Helicobacter pylori.

Le diagnostic de lymphome nécessite de l'immunohistochimie et assez souvent de la biologie moléculaire.

Pour les lymphomes, une double lecture des premiers prélèvements diagnostiques par un réseau national anatomopathologique labellisé par l'INCa (« Lymphopath ») est systématique.

3 . 5  -  Extension de la maladie


On évalue l'extension du lymphome dans la paroi gastrique et l'atteinte ganglionnaire (régionale ou à distance) et médullaire éventuelle.

3 . 6  -  Traitement


Le traitement des lymphomes de type MALT repose d'abord sur l'éradication d'Helicobacter pylori.

La réponse tumorale est appréciée endoscopiquement (cicatrisation, disparition des lésions macroscopiques ?) et histologiquement (régression de l'infiltration tumorale lymphocytaire ?).

Des alternatives thérapeutiques (radiothérapie, chimiothérapie…) peuvent être proposées pour les échecs du traitement par l'éradication d'Helicobacter pylori.

4/7